Este sitio web utiliza cookies propias y de terceros para su funcionamiento, mantener la sesión y personalizar la experiencia del usuario. Más información en nuestra política de Cookies

Droits de l'homme

L'Espagne est un pays profondément attaché aux droits de l'homme, dont la protection et la promotion sont une priorité de notre politique étrangère. La liberté, la justice et la paix sont fondées sur le respect de la dignité et des droits inaliénables de tous les individus. L'Espagne veut contribuer à un monde plus libre, plus juste et plus pacifique.

L'Espagne a été membre du Conseil des droits de l'homme à deux reprises, en 2011-2013 et en 2018-2020. Dans l'actualité, l'Espagne a présenté sa candidature au CDH pour la période 2025-2027. Au cours de ses mandats, l'Espagne a particulièrement encouragé les domaines où son expérience lui permet d'apporter une valeur ajoutée aux travaux du Conseil, et parmi ceux-ci, la lutte contre la peine de mort.

Des centaines de personnes sont exécutées dans le monde chaque année, sous la peine de mort, quelles que soient les circonstances et indépendamment du crime commis. En 2010, la Commission internationale contre la peine de mort (CIMP) a été créée, basée à Madrid et composée de quelques 20 personnalités indépendantes et originaires de toutes les régions du monde. Avec l'Union européenne et la Commission internationale, l'Espagne tente de convaincre d'autres pays de réduire les crimes punis de la peine capitale, de commuer les peines de mort ou de réformer leurs lois de sorte que les juges aient la possibilité d'imposer des peines privatives de liberté plutôt que la peine de mort, dans la voie vers l'abolition. Comme étape intermédiaire vers l'abolition totale de la peine de mort et compte tenu de l'existence de barrières culturelles, religieuses ou juridiques qui l'en empêchent, l'Espagne encourage l'adoption de moratoires, en fait ou en droit, afin d'obtenir que la peine de mort cesse d'être appliquée. ​

José Manuel Albares, au Palais des nations de Genève​, lors de son discours devant le Conseil des droits de l'homme en novembre 2021. Photo : NOLSOM-MAEC

L'Espagne pointe également comme autre priorité, la promotion des droits des personnes atteintes d'un handicap. Elle défend l'approche de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (2006), dont l'adoption a entraîné un changement de paradigme dans ce domaine, en reconnaissant les personnes handicapées comme de véritables sujets de droits.

La lutte pour l'égalité des sexes est également l'une des priorités de la politique étrangère espagnole. L'Espagne participe très activement, tant au sein de l'Union européenne qu'au sein du système des Nations Unies, à l'élaboration de politiques et à la création d'instruments et d'institutions pour lutter contre la discrimination fondée sur le sexe et défendre les droits des femmes et des filles.

La reconnaissance du droit à l'eau potable et à l'assainissement est devenue l'une des grandes priorités de la politique étrangère espagnole en matière de droits de l'homme et de coopération au développement. En 2006, l'Espagne et l'Allemagne ont lancé une initiative commune pour la reconnaissance de ce droit au sein de l'Organisation des Nations unies. Considérant que le droit à l'eau potable et à l'assainissement est indispensable à la réalisation des autres droits de l'homme et qu'il est un élément essentiel du droit à un niveau de vie suffisant, tel qu'il est consacré à l'article 11 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

Le Président du Gouvernement, Pedro Sánchez, avec le président de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, lors de leur visite sur les installations d'accueil temporaire des réfugiés d'Afghanistan, à la base aérienne de Torrejon à Ardoz (Madrid) , en août 2021 . Photo : Moncloa

La lutte contre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre est essentielle pour l'Espagne. Ces dernières années, notre pays a encouragé de nombreuses actions en faveur de la défense des droits des personnes LGBTI au sein de différentes instances multilatérales. Parmi ces actions, appuyer le mandat de l'ONU sur la protection contre la violence et la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre, l'adhésion aux principes fondamentaux de la Coalition pour l'égalité des droits, l’adhésion au LGBT Core Group des Nations unies, la mise en œuvre des lignes directrices de l'Union européenne sur les droits des personnes LGBTI ou la participation au Groupe des points focaux LGBT du Conseil de l'Europe.​​

 

Documentation associée

Égalité des genres​Il s'ouvre dans une nouvelle fenêtre

Vous pourriez également être intéressé