Este sitio web utiliza cookies propias y de terceros para su funcionamiento, mantener la sesión y personalizar la experiencia del usuario. Más información en nuestra política de Cookies

Menú

Histoire du ministère

Nous vous invitons à découvrir l'histoire du ministère, depuis le début de la diplomatie moderne jusqu'à la création de l'actuel ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération.

15/01/2018

La naissance de la diplomatie moderne remonte à l'avènement de l'État-nation comme système d'organisation politique. Cette construction se fait entre les 15ème et 17ème siècles, une période au cours de laquelle les systèmes féodaux disparaissent dans l’ensemble de l'Europe et les royaumes émergent sous la puissance d'un monarque absolu. En 1648, la paix de Westphalie met fin à la guerre de Trente Ans et consolide la montée de l'État tel que nous le connaissons aujourd'hui, en tant qu'entité dotée d'une totale souveraineté sur ses affaires intérieures et qui établit une série de relations extérieures avec les autres États.

En Espagne, cette période coïncide avec la naissance de l'Espagne en tant que royaume unifié, qui sous la dynastie des Habsbourg a dû développer une diplomatie active pour défendre les intérêts de l'Empire. Les ambassades permanentes, anciennement d’autres royaumes, furent configurées comme outils centraux de la politique étrangère du Royaume d'Espagne, auxquels viennent s’ajouter les délégations ou ambassades temporaires existantes. Ces missions étaient contrôlées par la couronne.

L'embryon d'une institution comparable à l'actuel ministère -destinée à gérer depuis la capitale les relations de l'Espagne avec le reste des pays- voit le jour sous le règne de Philippe V de Bourbon. En 1714, le monarque crée le poste de secrétaire d'État qui, entre autres pouvoirs, a le rôle d’assumer les relations extérieures. Le premier à occuper ce poste fut le marquis de Grimaldo.

Cette institution serait sujette à de nombreux changements cent ans plus tard. À la fin des guerres napoléoniennes, le Congrès de Vienne codifie la pratique des relations entre les différents États européens, ce qui entraîne un développement important en matière de droit et de règles diplomatiques, avec des règles communes à tout le continent.

En 1833, sous le règne de Ferdinand VII, l'Espagne transforme le précédent poste de secrétaire d'État en ministre d'État, dont le premier à occuper ce poste est Francisco de Cea Bermúdez. Avec ce remaniement, notre pays se dotait d’une institution semblable à celle dont disposait le reste des autres nations européennes et dans laquelle travailleraient deux nouveaux organes -les fonctionnaires consulaires et les diplomates- qui finiraient par fusionner en 1928.

Les règles diplomatiques consistent à assumer la gestion des relations politiques, économiques, commerciales et culturelles ainsi que la protection des intérêts, au sens large, de l'État que représente l'ambassade. Les règles consulaires se concentrent sur les citoyens espagnols qui résident ou ont voyagé à l'étranger mais, elles comprennent également des fonctions importantes d'information, ou encore la défense des entreprises espagnoles, entre autres. Aujourd’hui, les agents diplomatiques assument ces deux tâches.

Ce fut après la guerre civile que le ministère d'État fut rebaptisé ministère des Affaires étrangères. Pendant la transition démocratique, le ministère des Affaires étrangères était une institution centrale puisqu’elle était chargée de transmettre au monde le changement politique que venait de réaliser la société espagnole, de gérer l'admission de l’Espagne dans la Communauté européenne et de promouvoir les relations avec l'Amérique latine et les autres régions prioritaires en matière de politique étrangère espagnole.

En 2004, le ministère devient le « ministère des Affaires étrangères et de la coopération » dans le but de souligner le rôle de l’Espagne en tant que pays engagé à soutenir les populations les plus défavorisées par le biais de la coopération au développement.

Le dernier changement s’opère en 2018 et son nouveau nom de « ministère des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération » met ainsi l’accent sur la vocation européiste de l’Espagne et sur l’importance essentielle que la politique étrangère espagnole attache, par l’intermédiaire du ministère en charge, à l’Union européenne.​