Este sitio web utiliza cookies propias y de terceros para su funcionamiento, mantener la sesión y personalizar la experiencia del usuario. Más información en nuestra política de Cookies

Menú

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 65

Le gouvernement a évacué 3 900 collaborateurs afghans depuis un an, dont 300 sont arrivés aujourd'hui à Torrejón

 Un avion en provenance d'Islamabad a atterri à la base aérienne cette nuit  
• Les réfugiés ont été reçus par le ministre des Affaires étrangères et la secrétaire d'État aux migrations. José Manuel Albares : « Ce vol est une preuve supplémentaire que nous restons engagés à ne laisser personne derrière nous » 
• Un dispositif de transit temporaire est activé pour fournir des papiers aux arrivants et les diriger vers le système d’accueil 
• Le 21 juillet dernier, 63 autres collaborateurs afghans sont arrivés dans le cadre de l'opération Antigone III 
mercredi 10 août 2022
Le ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération, José Manuel Albares, et la secrétaire d'État aux migrations, Isabel Castro, ont accueillis cette nuit à la base aérienne de Torrejón 294 collaborateurs afghans, qui avaient récemment quitté leur pays pour fuir le régime taliban. Ce nouveau contingent porte à 3 900 les personnes évacuées par le gouvernement espagnol depuis un an. Les arrivants de cette nuit ont atterri sur un vol affrété par le gouvernement espagnol, qui avait quitté quelques heures auparavant l'aéroport d'Islamabad (Pakistan). Le chef de la diplomatie espagnole a souligné que « cela était possible grâce à la collaboration avec mes collègues des ministères de la Défense, de l'Intérieur, de l'Inclusion, de la sécurité et des migrations, de la Santé, et bien sûr, de la présidence ». Il a également indiqué que « nous avons été parmi les derniers à quitter la région, il y a un an, et nous travaillons encore aujourd'hui pour ne laisser personne derrière nous ». « L’Espagne continue de démontrer qu’elle est un partenaire fiable et fidèle à ses engagements envers ses alliés », a par conséquent fait remarquer José Manuel Albares. 

Depuis l'organisation du premier vol d'évacuation, le 15 août 2021, le gouvernement espagnol a dirigé trois opérations (Antigone I, II et III) qui ont permis le transfert de 2 561 personnes il y a un an. Cela ajouté aux personnes arrivées le 21 juillet et celles accueillies ce mercredi, porte le chiffre à plus de 2 900.

Parallèlement à ces opérations spéciales, le transfert vers l'Espagne des anciens collaborateurs et autres personnes d'intérêt, qui ont pu rejoindre, par leurs propres moyens, les pays voisins et proches de l'Afghanistan, a été encouragé. Au total, 942 personnes ont bénéficié d'une protection internationale en vertu de l'article 38 de la loi relative à l'asile. Ce sont 314 femmes, 277 hommes et 345 enfants qui résident déjà en Espagne grâce au travail des ambassades espagnoles à Islamabad, Téhéran, Abu Dhabi, Ankara, New Delhi, Nur-Sultan et Moscou. Les délégations diplomatiques ont participé activement à l'évacuation et au transfert de tous et chacun d’entre eux et continuent de traiter les demandes des autres citoyens afghans. 

Parmi les quelques 3 900 personnes évacuées par le gouvernement espagnol, figurent d'anciens collaborateurs directs de notre présence en Afghanistan, des collaborateurs civils originaires des pays de l'UE et de l'OTAN et des membres du personnel diplomatique. Leurs vies étaient en péril après le rétablissement du régime taliban en Afghanistan. 

Système d’accueil ​

Parmi les personnes arrivées lors de l’opération Antigone I et Antigone II (déploiement d’accueil coordonné par le ministère de l'Inclusion entre août et octobre 2021), 1 900 ont bénéficié du système​; viennent s'y ajouter les 63 personnes arrivées le 21 juillet. Sur les installations de l'aéroport de Torrejón de Ardoz, tout comme un an auparavant, un dispositif de transit temporaire a été déployé pour accueillir et accompagner les familles dès leur arrivée, dans le cadre d’un protocole coordonné par le ministère de l'Inclusion, via le secrétariat d'État aux migrations, et en collaboration avec des professionnels des différents ministères. 

Par conséquent, les collaborateurs afghans ont reçu, dès leur atterrissage, une assistance permanente, et tous ont reçu des papiers fournis par la police. Des informations socio-démographiques de base ont été recueillies ; ils ont pu discuter avec le HCR et l'OAR pour recevoir des informations sur les droits accordés par la protection internationale et certains ont fait l'objet de contrôles de santé aléatoires. Enfin, ceux ayant exprimé leur besoin de bénéficier du système d'accueil seront dirigés vers des installations de logement cette nuit même. En l’espèce, Isabel Castro a indiqué que « le système d’accueil est à nouveau mis à la disposition de ces familles, pour faciliter une autonomie progressive, ainsi qu’une insertion sociale et professionnelle ; dans l’ensemble du processus, on travaille sur la base d’itinéraires d’intégration individualisés ». 
L’accueil est organisé en deux phases. La première, relative à l’accueil, prévoit un séjour sur le lieu de l’accueil, et la seconde, relative à la préparation à l'autonomie, est chargée de fournir une aide pour couvrir les besoins fondamentaux. 

L'Espagne contribue également à pallier la délicate situation humanitaire en Afghanistan, avec une aide de 33,8 millions d'euros répartie entre 2021 et 2022, à travers son secrétariat d'État aux Affaires extérieures et globales, l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement et les communautés autonomes. Notre pays a engagé quatre millions de plus pour l'année prochaine. 

Participation exemplaire des forces armées 

Il y a un an, les forces armées espagnoles ont participé de manière exemplaire à l'opération de sauvetage organisée en Afghanistan, la plus importante menée par notre pays et qui a été reconnue par les médias nationaux et internationaux, avec différents prix, et primée par des institutions publiques et privées. 

Plus de 2 200 collaborateurs afghans et leurs familles ont pu rejoindre notre pays depuis l'aéroport de Kaboul, en plein chaos, pendant dix jours intenses qui se sont déroulés à la fin du mois d'août 2021, dans le cadre d'une opération planifiée, déployée et exécutée en un temps record. 
La mission impliquait les équipages de l'Ala 31 et de l'Escadron de soutien au déploiement aérien (EADA) de l'Armée de l'air et de l’espace, le Commandement des opérations spéciales (MOE), l’Unité médicale d'évacuation aérienne (UMAER) et le bataillon de coopération civique militaire (CIMIC) de l'Armée de terre du ROI 1, tous étant sous la direction du Commandement des opérations (MOPS). 

Au total, 17 rotations de trois Airbus A400 (Dubaï-Kaboul-Dubaï), 10 vols d’Air Europa (Dubaï-Torrejon) et un premier vol sur un A400 (Dubaï-Torrejon) ont été effectuées depuis le 19 août, pour rapatrier le plus de citoyens afghans possible de l'aéroport de Kaboul, face à l'avancée des talibans. 

En outre, sur la base aérienne de Torrejón, l'Armée de l'air et de l'espace et l'Unité militaire d'urgence (EMU) ont mis en place, en quelques jours, un site de transit temporaire destiné à accueillir les familles afghanes nouvellement arrivées et évacuées vers l'Espagne. 

La plupart des plus de 2 200 personnes sauvées étaient d'anciens collaborateurs afghans (1 671) des troupes espagnoles, au cours des 20 années de déploiement dans le pays, mais l'opération incluait également d’autres collaborateurs de l'Union européenne, des États-Unis, du Portugal et de l'OTAN. 

Par la suite, en octobre, une nouvelle opération d'évacuation a été menée, avec l'arrivée de deux avions -l'un civil et l'autre militaire- en provenance du Pakistan, avec à leur bord 244 militaires afghans, qui n’avaient pas réussi à quitter le pays au cours de la première phase du mois d'août. 
Le 21 juillet dernier, un autre avion militaire a atterri avec à son bord, 63 ressortissants  afghans originaires d'Islamabad, la capitale pakistanaise, à la base de Torrejón. L’avion a été reçu par la ministre de la Défense, Margarita Robles. ​

L'arrivée ce mercredi de ce vol, avec à son bord environ 300 personnes, est la plus grande opération d'évacuation menée depuis l'été dernier. Pour réaliser cette dernière évacuation, des équipes militaires ont été déployées depuis le Commandement des opérations (MOPS) au Pakistan. Ces équipes ont servi d'élément de coordination et de facilitation de l'action diplomatique du ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération.


-TRADUCTION NON OFFICIELLE-



Nouvelles connexes